Décolonisation MDRO Briser le cercle vicieux de la résistance aux antibiotiques

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Formulaire de contact

Besoin d'aide ?

Vous avez une question ou vous souhaitez en savoir plus sur la décolonisation MDRO ? Veuillez remplir le formulaire de contact.

Ouvrir le formulaire de contact

MDRO, SARM : de quoi s'agit-il ?

MDRO, SARM : de quoi s'agit-il ?

MDRO = bactéries multi-résistantes aux antibiotiques

La plupart des bactéries peuvent être traitées par antibiotiques. Avec le temps, certaines peuvent toutefois devenir résistantes à un antibiotique déterminé, rendant alors les infections plus difficiles à traiter. Pour la plupart des patients, d’autres antibiotiques peuvent dans ce cas être utilisés comme traitement alternatif, mais les infections bactériennes résistantes à tous les antibiotiques connus sont de plus en plus fréquentes.

Tous les MDRO peuvent entraîner une infection grave des plaies, des poumons, des voies urinaires et de la circulation sanguine. Ils affectent principalement les patients immunodéprimés ou porteurs de dispositifs médicaux internes, se transmettent facilement entre patients et sont connus pour être difficiles à traiter. Au-delà des conséquences physiques, ils peuvent aussi constituer un fardeau psychologique en raison des mesures de prévention des infections comme l'isolement du patient et les mesures préventives en cas de contact1.

Parmi tous les MDRO, le S. aureus est un des agents pathogènes les plus courants dans les établissements de soins de santé et peut être à l’origine d’un grand nombre d’infections, de septicémies et de décès2. Le S. aureus représente également la principale cause d’infections de plaies postopératoires3. Le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) a qualifié le SARM (staphylocoque doré résistant à la méticilline) de « menace sérieuse »4.

Colonisation par MDRO

Colonisation par MDRO (bactéries multi-résistantes aux antibiotiques)

20% de la population est porteuse constante de MDRO, tandis que 60% est porteuse temporaire, sans diagnostic de maladie. On dit alors que ces individus sont « colonisés ». Il existe cependant un risque que ces bactéries pénètrent dans l’organisme à travers une plaie cutanée ou une lésion des muqueuses et provoquent alors une infection. Il est aussi possible que ces bactéries soient transmises à d’autres personnes et se propagent ainsi davantage.

Les bactéries multi-résistantes (MDRO) constituent un problème chez les personnes gravement malades, immunodéprimées ou âgées, puisque celles-ci sont plus facilement infectées. Les patients qui présentent une blessure, une plaie chirurgicale ou chronique et/ou ceux qui subissent une procédure invasive (opération, cathétérisme, etc.) requièrent également des mesures de protection particulières.

Les MDRO se transmettent principalement par les mains. Les personnes porteuses (mais non infectées) peuvent transmettre ces bactéries et coloniser d’autres personnes, dont les patients et le personnel soignant, et même les infecter dans certaines circonstances.

L’hygiène des mains est considérée, à l’unanimité, comme le meilleur moyen de prévenir les infections.

Impact économique

Impact économique

Selon la Banque mondiale, les infections causées par les MDRO pourraient causer autant de dommages économiques que la crise financière de 20085

Quelles sont les solutions ?

Quelles sont les solutions ?

La plupart des individus positifs aux MDRO sont simplement colonisés et non infectés. Dans ce cas, une procédure de nettoyage (décolonisation) sera utile et efficace. Une décolonisation efficace demande de l’expérience, de la discipline et les bons produits. Pour la décolonisation de la peau, il est préférable de se laver tout le corps et les cheveux avec des savons et des solutions réduisant les bactéries. Le nez, la bouche et la gorge doivent aussi être traités en cas de décolonisation (par ex. avec Prontoderm®).

 

Preuves scientifiques

Les produits de référence utilisés à cet égard sont la chlorhexidine et la mupirocine. Dans certains pays, l'octénidine est également envisagée. On observe cependant avec inquiétude une résistance croissante à ces trois produits (c’est notamment le cas du S. aureus), d'où une hausse de la demande pour des agents de décolonisation alternatifs6. La chlorhexidine est par ailleurs associée à divers effets secondaires allant de la dermatite de contact irritante légère à l'anaphylaxie potentiellement mortelle. 

Le polyhexanide est considéré comme une excellente alternative, sans effets secondaires graves ou résistance bactérienne signalés à ce jour. Des études ont montré que le traitement de décolonisation des infections au SARM à base de polyhexanide ne réduisait pas la sensibilité à cet agent, et n’entraînait pas de résistance accrue à la chlorhexidine7. Un article qui a étudié l’impact économique du processus de décolonisation universelle par rapport au « dépistage ciblé et au traitement sélectif » chez des patients ayant subi une arthroplastie à la Washington University School of Medicine a trouvé que l’approche universelle permettait d'économiser 717.205 dollars sur 25 mois8. On peut donc supposer que des effets similaires seraient observés avec le lavage corporel au Prontoderm® (à base de polyhexanide), une solution qui a fait l'objet de nombreuses études. 

Vidéos et notices d'utilisation

Vidéos explicatives

  • Action du PHMB

    Regardez la vidéo explicative et découvrez comment le polyhexanide agit.

  • Comment utiliser Prontoderm® en soins intensifs ?

    Regardez la vidéo explicative et découvrez, étape par étape, comment le traitement fonctionne.

Catalogue produits

Références

Références (dernier accès juin 2021) : 

  1. Datta R et al. Burden and Management of Multidrug-Resistant Organisms in Palliative Care. Palliat Care 2017; doi: 10.1177/11782242177492333. 
  2. Hassoun A et al. Incidence, prevalence, and management of MRSA bacteremia across patient populations – a review of recent developments in MRSA management and treatment. Crit Care 2017;21:211. 
  3. Weiner lM et al. Antimicrobial-Resistant Pathogens Associated With Healthcare-Associated Infections : Summary of Data Reported to the National Healthcare Safety Network ant the Centers for Disease Control and Prevention, 2011-2014. Infect Control Hosp Epidemiol 2016;37(11):1288-1301. 
  4. https://www.cdc.gov/drugresistance/pdf/threats-report/mrsa-508.pdf 
  5. https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2016/09/18/by-2050-drug-resistant-infections-could-cause-global-economic-damage-on-par-with-2008-financial-crisis 
  6. Hardy K et al. Increased usage of Antiseptics is Associated with Reduced Susceptibility in Clinical Isolates of Staphylococcus aureus. mBIO 2018;9:e00894-18. 
  7. Renzoni A et al. Impact of Exposure of Methicillin-Resistant Staphylococcus aureus to Polyhexanide In Vitro and In Vivo. Antimicrob Agents Chemother 2017;61:e00272-17. 
  8. Stambough JB et al. Decreased Hospital Costs and Surgical Site Infection Incidence With a Universal Decolonization Protocol in Primary Total Joint Arthroplasty. Journal of Arthroplasty 2017;32:728-734.